®om's blog { un blog libre }

Exécuter un algorithme lors de la compilation (templates C++)

hanoi

En général, pour résoudre un problème donné, nous écrivons un algorithme dans un langage source, puis nous le compilons (dans le cas d’un langage compilé). La compilation consiste à traduire le code source en un code exécutable par une machine cible. C’est lors de l’exécution de ce fichier que l’algorithme est déroulé.

Mais certains langages, en l’occurrence C++, proposent des mécanismes permettant un certain contrôle sur la phase de compilation, tellement expressifs qu’ils permettent la métaprogrammation. Nous pouvons alors faire exécuter un algorithme directement par le compilateur, qui se contente de produire un fichier exécutable affichant le résultat.

À titre d’exemple, je vais présenter dans ce billet comment résoudre le problème des tours de Hanoï (généralisé, c’est-à-dire quelque soit la position initiale des disques) lors de la phase de compilation.

Les programmes complets décrits dans ce billet sont gittés :

git clone http://git.rom1v.com/metahanoi.git

(ou sur github)

Problème des tours de Hanoï généralisé

La résolution naturelle du problème généralisé des tours de Hanoï est récursive.

Pour déplacer n disques vers la tour T, il faut:

  1. déterminer sur quelle tour S se trouve le plus grand des n disques ;
  2. déplacer les n-1 premiers disques sur la tour intermédiaire I (ni S ni T) ;
  3. déplacer le plus grand disque de S vers T ;
  4. redéplacer les n-1 premiers disques vers I vers T.

En voici une implémentation classique en C++ (le compilateur va générer le code permettant d’exécuter l’algorithme) :

#include <iterator>
#include <iostream>
#include <vector>

class Hanoi {
    using tower = unsigned int;
    using size = unsigned int;

    std::vector<tower> state; // disk number i is on tower state[i]

public:
    Hanoi(std::initializer_list<tower> init) : state(init) {}

    void solve(tower target) {
        printState(); // initial state
        solveRec(state.size(), target);
    }

private:
    void solveRec(size disks, tower target) {
        if (disks == 0) {
            return;
        }
        // the tower of the largest disk at this depth of recursion
        tower &largest = state[state.size() - disks];
        if (largest == target) {
            // the largest disk is already on the target tower
            solveRec(disks - 1, target);
        } else {
            // move disks above the largest to the intermediate tower
            solveRec(disks - 1, other(largest, target));
            // move the largest disk to the target
            largest = target;
            printState();
            // move back the disks on the largest
            solveRec(disks - 1, target);
        }
    }

    void printState() {
        std::copy(state.cbegin(), state.cend(),
                  std::ostream_iterator<tower>(std::cout));
        std::cout << std::endl;
    }

    static inline tower other(tower t1, tower t2) {
        return 3 - t1 - t2;
    }

};

int main() {
    Hanoi{ 0, 0, 0, 0, 0 }.solve(2);
    return 0;
}

(sourcecommit – tag runtime)

À compiler avec :

g++ -std=c++11 hanoi.cpp -o hanoi

L’algorithme utilise un simple vecteur de positions des disques, indexés du plus grand au plus petit, pour stocker l’état courant.

Par exemple, l’état { 0, 0, 0, 0 } représente 4 disques sur la tour 0 :

state = { 0, 0, 0, 0 };

    0         1         2

    |         |         |
   -+-        |         |
  --+--       |         |
 ---+---      |         |
----+----     |         |

L’état { 1, 1, 0, 2 }, quant-à lui, représente ces positions:

state = { 1, 1, 2, 1 };

    0         1         2

    |         |         |
    |         |         |
    |        -+-        |
    |      ---+---      |
    |     ----+----   --+--

Dans cette version, pour déplacer le disque i, il suffit alors de changer la valeur de state[i].

Il serait possible d’utiliser une structure de données différente, comme un vecteur par tour stockant les numéros des disques présents, mais celle que j’ai choisie sera beaucoup plus adaptée pour la suite.

Étant données 2 tours T1 et T2, il est très facile d’en déduire la 3e : 3 - T1 - T2. Ce calcul est extrait dans la fonction inlinée other(…).

Le contexte étant présenté, essayons maintenant d’implémenter le même algorithme pour le faire exécuter par le compilateur.

Structure de données constante

std::vector est une structure de données utilisable uniquement à l’exécution : il n’est pas possible d’en créer ou d’en utiliser une instance lors de la compilation. Même l’utilisation d’un simple tableau d’entiers nous poserait des problèmes par la suite.

Nous allons donc grandement simplifier le stockage des positions des disques, en utilisant un seul entier. En effet, à chaque disque est associée une tour qui peut être 0, 1 ou 2. Par conséquent, un chiffre en base 3 (un trit) suffit pour stocker la position d’une tour.

Ainsi, nous pouvons représenter l’état { 1, 2, 1, 0, 2 } par l’entier 146 (1×81 + 2×27 + 1×9 + 0×3 + 2×1) :

34 33 32 31 30
1 2 1 0 2

Au passage, voici comment convertir rapidement un nombre dans une autre base en shell (pratique pour débugger) :

$ echo 'ibase=3; 12102' | bc
146
$ echo 'obase=3; 146' | bc
12102

Nous allons utiliser le type entier le plus long, à savoir unsigned long long, stockant au minimum 64 bits, soit 64 digits en base 2. En base 3, cela représente 64 × ln(2)/ln(3) ≃ 40 digits : nous pouvons donc stocker la position de 40 disques dans un seul entier.

Pour cela, définissons un type state :

using state = unsigned long long;

Expressions constantes généralisées

Nous allons écrire une première ébauche n’utilisant que des expressions constantes, clairement indiquées et vérifiées depuis C++11 grâce au mot-clé constexpr. Une fonction constexpr doit, en gros, n’être composé que d’une instruction return.

C’est le cas à l’évidence pour notre fonction other(…) :

constexpr tower other(tower t1, tower t2) {
    return 3 - t1 - t2;
}

Grâce à l’opérateur ternaire et à la récursivité, nous pouvons cependant en écrire de plus complexes.

Dans notre programme classique, le déplacement d’un disque i se résumait à changer la valeur de state[i]. Maintenant que l’état du système est compacté dans un seul entier, l’opération est moins directe.

Soit l’état courant { 0, 1, 2, 0, 0 } (ou plus simplement 01200). Supposons que nous souhaitions déplacer le disque au sommet de la tour 2 vers la tour 1. Cela consiste, en fait, à remplacer le dernier 2 par un 1 (rappelez-vous, les disques sont indexés du plus grand au plus petit). Le résultat attendu est donc 01100.

Notez que ce déplacement n’est pas toujours autorisé. Par exemple, le disque au sommet de la tour 2 est plus grand (i.e. a un plus petit index) que celui au sommet de la tour 0, il n’est donc pas possible de le déplacer vers la tour 0. C’est à l’algorithme que revient la responsabilité de n’effectuer que des déplacements légaux.

Remplacer le dernier digit x de la représentation d’un nombre N (dans une base quelconque) par y peut s’implémenter récursivement :

  • si le dernier digit d de N vaut x, le remplacer par y ;
  • sinon, remplacer x par y dans N privé de son dernier digit, puis recoller le dernier digit à la fin.

Concrètement :

      N   N\d d    { x=2, y=1 }
  01200  0120 0    // d != x : remplacer x par y dans N\d
   0120   012 0    //   d != x : remplacer x par y dans N\d
    012    01 2    //     d == x : remplacer x par y
    011    01 1    //     d = y
   0110   011 0    //   recoller d au résultat
  01100  0110 0    // recoller d au résultat

Il reste à expliciter l’étape du remplacement du digit. De manière générale, remplacer par un chiffre d le dernier digit d’un nombre N exprimé dans une base b consiste à calculer, soit N / b * b + d, soit de manière équivalente N - N % b + d (/ représentant la division entière et % le modulo). Dans les deux cas, l’opération annule le dernier digit puis ajoute son remplaçant.

base10

Sur un exemple en base 10, c’est évident. Remplaçons le dernier chiffre de 125 par 7 selon les deux méthodes :

     N /  b *  b + v         N -   N %  b + d
   125 / 10 * 10 + 7       125 - 125 % 10 + 7
         12 * 10 + 7       125 -        5 + 7
             120 + 7                  120 + 7
                 127                      127

Arbitrairement, nous utiliserons la première méthode pour implémenter notre fonction constexpr move(…) :

constexpr state move(state s, tower src, tower target) {
    return s % 3 == src
        ? s / 3 * 3 + target
        : move(s / 3, src, target) * 3 + s % 3;
}

De la même manière, définissons une fonction getTower(s, i) qui retourne la tour sur laquelle se trouve le _i_ème plus petit disque :

constexpr tower getTower(state s, size disk) {
    return disk == 1
        ? s % 3
        : getTower(s / 3, disk - 1);
}

Attaquons-nous maintenant à la conversion de la fonction solveRec(…). Elle contenait deux branchements (if) et plusieurs instructions séquentielles, que nous allons devoir transformer en une seule instruction return.

Pour cela, nous allons remplacer les branchements par des opérateurs ternaires :

if (C) {
    X = A;
} else {
    X = B;
}

devient :

X = C ? A : B;

Notez que contrairement à la version if/else, cela implique que les expressions retournent une valeur. Cela tombe bien, comme une fonction constexpr ne peut pas modifier une variable, notre fonction va retourner l’état résultant de la transformation.

Concernant les instructions séquentielles, remarquons qu’elles dépendent successivement les unes des autres. De manière générale, nous pouvons remplacer :

A = f();
B = g(A);
X = h(B);

par:

X = h(g(f()));

En combinant ces principes, la méthode solve(…) peut être écrite ainsi (afin de bien voir l’imbrication des appels, je ne la découpe volontairement pas en plusieurs méthodes) :

constexpr state solve(size disks, state s, tower target) {
    return disks == 0
        ? s
        : getTower(s, disks) == target
            ? solve(disks - 1, s, target)
            : solve(disks - 1,
                    move(solve(disks - 1,
                               s,
                               other(getTower(s, disks), target)),
                         getTower(s, disks),
                         target),
                    target);
}

Les appels les plus profonds sont effectués en premier.

Ajoutons une méthode d’affichage pour obtenir la représentation de l’état du système en base 3 :

std::ostream &print_state(std::ostream &os, size ndisks, state s) {
    return ndisks ? print_state(os, ndisks - 1, s / 3) << s % 3 : os;
}

(sourcecommit – tag constexpr)

Compilons et exécutons le programme :

$ g++ -std=c++11 metahanoi.cpp && ./metahanoi
22222

L’état 22222 (soit l’entier 242) est bien écrit en dur dans le binaire généré :

$ g++ -std=c++11 -S metahanoi.cpp && grep 242 metahanoi.s
    movq    $242, -16(%rbp)
    movl    $242, %edx

Le compilateur est donc bien parvenu à la solution.

Mais avouons que le résultat est un peu décevant : l’état final, nous le connaissions déjà ; ce qui nous intéresse, c’est le cheminement pour y parvenir. Nous souhaiterions donc qu’en plus, le compilateur nous indique, d’une manière ou d’une autre, les étapes intermédiaires décrivant la solution du problème.

Templates

Pour cela, nous allons utiliser les templates.

Pour comprendre comment les templates vont nous aider, commençons par quelques précisions.

Les classes template sont souvent utilisées avec des paramètres types. Par exemple, std::vector<int> définit un nouveau type paramétré par le type int. Mais il est également possible de passer des paramètres non-types, qui sont alors des valeurs “simples”.

Une classe template ne définit pas un type, mais permet de générer des types selon les paramètres qui lui sont affectés. Concrètement, std::vector<int> et std::vector<double> sont des types totalement différents, comme s’ils étaient implémentés par deux classes écrites séparément.

Dit autrement, la classe est au template ce que l’objet est à la classe : une instance. Mais c’est une instance qui existe lors de la phase de compilation !

     +----------------+
     | CLASS TEMPLATE |
     +----------------+
          | template
          | instantiation
          v                     COMPILE TIME
     +----------------+
     |  CLASS / TYPE  |    -----------------------
     +----------------+
          | class                 RUNTIME
          | instantiation
          v
     +----------------+
     |     OBJECT     |
     +----------------+

De la même manière qu’une variable d’instance existe pour chaque objet (instance de classe), une variable static existe pour chaque classe (instance de template).

Pour conserver les états successifs de la résolution du problème des tours de Hanoï, nous allons donc créer une classe par étape, dans laquelle nous allons pouvoir y stocker un état static. Nous voulons donc remplacer notre fonction solve(…) par des classes template.

Pour illustrer comment, commençons par un template simple effectuant la somme de deux entiers :

template <int I, int J>
struct Sum {
    static constexpr int result = I + J;
};

Ainsi, l’expression :

Sum<3, 4>::result

est calculée à la compilation et vaut 7.

Prenons maintenant l’exemple d’un calcul récursif : la factorielle d’un entier. Il nous faut implémenter à la fois le cas général et la condition d’arrêt. Nous pourrions penser à utiliser l’opérateur ternaire ainsi :

template <int N>
struct Fact {
    // does not work!
    static constexpr int result = N == 0 ? 1 : N * Fact<N - 1>::result;
};

Malheureusement, ceci ne peut pas fonctionner, car pour calculer la valeur d’une expression, le compilateur doit d’abord calculer le type de chacun des opérandes. Par conséquent, Fact<N - 1> sera généré même si N == 0. La récursivité ne s’arrête donc jamais, provoquant une erreur à la compilation :

error: template instantiation depth exceeds maximum of 900

Comment faire alors ? La clé réside dans la spécialisation de templates, qui permet de sélectionner l’implémentation de la classe en fonction des paramètres :

template <int N>
struct Fact {
    static constexpr int result = N * Fact<N-1>::result;
};

template <>
struct Fact<0> {
    static constexpr int result = 1;
};

Lorsque Fact est instancié avec le paramètre 0, la classe est générée à partir du template spécialisé, stoppant ainsi la récursivité.

Appliquons ce principe à notre algorithme des tours de Hanoï. Nous allons définir une classe template Solver avec 3 paramètres de template, les mêmes que notre fonction solve(…) :

template <size DISKS, state S, tower TARGET>
struct SolverRec { /* … */ };

Puis nous allons en définir une spécialisation pour le cas où DISKS vaut 0 :

template <state S, tower TARGET>
struct SolverRec<0, S, TARGET> { /* … */ };

Nous avons ainsi implémenté le premier branchement sur la condition DISKS == 0.

Un second branchement reste à réaliser : le calcul à effectuer est différent selon si le plus grand disque parmi les DISKS derniers est déjà sur la tour cible ou non. Celui-ci est plus compliqué, car les paramètres de template présents ne permettent pas d’évaluer sa condition.

Nous allons donc devoir ajouter en paramètre la position du disque SRC afin de pouvoir sélectionner la bonne implémentation en fonction de la condition SRC == TARGET. Sa valeur étant déterminée par celle des autres paramètres, l’ajout de SRC ne va pas entraîner la création de nouveaux types. Par contre, il multiplie les cas à implémenter :

// cas général
template <size DISKS, state S, tower SRC, tower TARGET>
struct SolverRec { /* … */ };

// quand SRC == TARGET (le disque est déjà bien placé)
template <size DISKS, state S, tower TOWER>
struct SolverRec<DISKS, S, TOWER, TOWER> { /* … */ };

// quand il ne reste plus qu'un seul disque, mal placé
template <state S, tower SRC, tower TARGET>
struct SolverRec<1, S, SRC, TARGET> { /* … */ };

// quand il ne reste plus qu'un seul disque, déjà bien placé
template <state S, tower TOWER>
struct SolverRec<1, S, TOWER, TOWER> { /* … */ };

Les plus observateurs auront remarqué que désormais, la récursivité s’arrête à 1 disque, et non plus 0 comme précédemment. En effet, maintenant que le paramètre SRC est ajouté, il va falloir le calculer (grâce à getTower(…)) avant d’utiliser le type. Or, cela n’a pas de sens de récupérer la position d’un disque lorsque nous n’avons pas de disques. D’ailleurs, l’exécution de getTower(…) avec disk == 0 provoquerait une erreur… de compilation (vu que l’exécution se déroule à la compilation).

Nous avons maintenant 4 versions de la classe template SolverRec à écrire. Chacune devra contenir l’état final résultant du déplacement de DISKS disques de la tour SRC vers la tour TARGET à partir de l’état S. Cet état sera stocké dans une constante final_state, présente dans chacune des spécialisations.

Voici mon implémentation :

template <size DISKS, state S, tower SRC, tower TARGET>
struct SolverRec {
    static constexpr tower nextSrc = getTower(S, DISKS - 1);
    static constexpr tower inter = other(SRC, TARGET);
    using rec1 = SolverRec<DISKS - 1, S, nextSrc, inter>;
    static constexpr state value = move(rec1::final_state, SRC, TARGET);
    using rec2 = SolverRec<DISKS - 1, value, inter, TARGET>;
    static constexpr state final_state = rec2::final_state;
};

template <size DISKS, state S, tower TOWER>
struct SolverRec<DISKS, S, TOWER, TOWER> {
    static constexpr tower nextSrc = getTower(S, DISKS - 1);
    using rec = SolverRec<DISKS - 1, S, nextSrc, TOWER>;
    static constexpr state final_state = rec::final_state;
};

template <state S, tower SRC, tower TARGET>
struct SolverRec<1, S, SRC, TARGET> {
    static constexpr state final_state = move(S, SRC, TARGET);
};

template <state S, tower TOWER>
struct SolverRec<1, S, TOWER, TOWER> {
    static constexpr state final_state = S;
};

Le type (déterminé par les arguments des templates) correspondant aux appels récursifs dépend des valeurs constexpr calculées dans la classe. C’est à l’appelant de calculer la tour source pour renseigner la valeur du paramètre SRC.

Par commodité, nous pouvons aussi ajouter une classe template Solver, qui calcule elle-même la tour SRC du plus grand disque lors du démarrage.

template <size DISKS, state S, tower TARGET>
struct Solver {
    static constexpr tower src = getTower(S, DISKS);
    using start = SolverRec<DISKS, S, src, TARGET>;
    static constexpr state final_state = start::final_state;
};

(sourcecommit – tag templates)

De cette manière, pour calculer l’état résultant du déplacement de 5 disques à l’état 00000 (l’entier 0) vers la tour 2, il suffit de lire la variable :

Solver<5, 0, 2>::final_state

Nous avons donc converti notre implementation d’une simple fonction constexpr en classes template. Fonctionnellement équivalente pour l’instant, cette nouvelle version met en place les fondations pour récupérer, à l’exécution, les étapes de la résolution du problème calculées à la compilation.

État initial

Mais avant cela, dotons-nous d’un outil pour décrire l’état initial facilement, qui pour l’instant doit être exprimé grâce à un state, c’est-à-dire un entier.

L’idée serait que l’état et le nombre de disques soit calculé automatiquement à la compilation à partir de la liste des positions des disques :

Disks<1, 2, 0, 1, 2>

Contrairement à précedemment, ici, nous avons besoin d’un nombre indéterminé de paramètres. Nous allons donc utiliser les variadic templates :

template <tower ...T>
struct Disks;

Remarquez que ce template est juste déclaré et non défini.

Pour parcourir les paramètres, nous avons besoin de deux spécialisations (une pour la récursion et une pour la condition d’arrêt) :

template <tower H, tower ...T>
struct Disks<H, T...> { /* … */ };

template <>
struct Disks<> { /* … */ };

Chacune des deux spécialisent le template déclaré, mais remarquez que l’une n’est pas une spécialisation de l’autre. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de déclarer un template (sans le définir) dont ces deux définitions sont une spécialisation.

Voici l’implémentation :

template <tower H, tower ...T>
struct Disks<H, T...> {
    static constexpr state count = 1 + sizeof...(T);
    static constexpr state pack(state tmp) {
        return Disks<T...>::pack(tmp * 3 + H);
    }
    static constexpr state packed = pack(0);
};

template <>
struct Disks<> {
    static constexpr state count = 0;
    static constexpr state pack(state tmp) { return tmp; };
    static constexpr state packed = 0;
};

Le nombre de disques est initialisé en comptant les paramètres grâce à l’opérateur sizeof....

L’état compacté est stocké dans la variable packed. Étant donné que les premiers paramètres traités seront les digits de poids fort, la multiplication devra être effectuée par les appels récursifs plus profonds. C’est la raison pour laquelle j’utilise une fonction temporaire qui permet d’initialiser packed.

Nous pouvons maintenant initialiser notre solver ainsi :

using disks = Disks<1, 2, 0, 1, 2>;
using solver = Solver<disks::count, disks::packed, 2>;

(sourcecommit – tag disks)

Affichage récursif

Attaquons-nous maintenant à l’affichage des états successifs.

Le plus simple consiste à implémenter une méthode print(…) dans chacune des classes SolverRec, affichant l’état associé et/ou appellant récursivement les méthodes print(…) sur les instances de SolverRec utilisées pour la résolution du problème.

Pour cela, nous devons auparavant déterminer, pour chaque template instancié, quel état afficher. Par exemple, pour les classes crées à partir de l’implémentation du template non spécialisé, il y a plusieurs états accessibles :

  • l’état initial (S) ;
  • l’état après le premier appel récursif (rec1::final_state) ;
  • l’état après le déplacement (value) ;
  • l’état après le second appel récursif (final_state).

C’est en fait l’état value qu’il faut afficher :

  • c’est le seul endroit où le déplacement du disque entre les deux appels récursif est connu ;
  • les états correspondant aux appels récursifs seront gérés par leurs classes correspondantes.

Il est important de différencier, pour chaque SolverRec, l’état final, représentant l’état après l’application de tous les déplacements demandés, de l’état suivant le seul déplacement unitaire (s’il existe) associé à la classe. C’est ce dernier que nous voulons afficher.

Nous allons donc ajouter dans les 4 versions du template SolverRec une méthode :

static std::ostream &print(std::ostream &os, size ndisks);

Le paramètre std::ostream &os permet juste de préciser sur quel flux écrire (std::cout par exemple) ; il est retourné pour pouvoir le chaîner avec d’autres écritures (comme << std::endl).

Cette méthode a besoin de connaître le nombre total de disques, afin d’afficher le bon nombre de digits. Notez que cette valeur est différente du paramètre de template DISKS, qui correspond au nombre de disques à déplacer pour le niveau de récursivité courant.

template <size DISKS, state S, tower SRC, tower TARGET>
struct SolverRec {
    static constexpr tower nextSrc = getTower(S, DISKS - 1);
    static constexpr tower inter = other(SRC, TARGET);
    using rec1 = SolverRec<DISKS - 1, S, nextSrc, inter>;
    static constexpr state value = move(rec1::final_state, SRC, TARGET);
    using rec2 = SolverRec<DISKS - 1, value, inter, TARGET>;
    static constexpr state final_state = rec2::final_state;

    static std::ostream &print(std::ostream &os, size ndisks) {
        rec1::print(os, ndisks);
        print_state(os, ndisks, value) << std::endl;
        rec2::print(os, ndisks);
        return os;
    }
};

template <size DISKS, state S, tower TOWER>
struct SolverRec<DISKS, S, TOWER, TOWER> {
    static constexpr tower nextSrc = getTower(S, DISKS - 1);
    using rec = SolverRec<DISKS - 1, S, nextSrc, TOWER>;
    static constexpr state final_state = rec::final_state;

    static std::ostream &print(std::ostream &os, size ndisks) {
        rec::print(os, ndisks);
        return os;
    }
};

template <state S, tower SRC, tower TARGET>
struct SolverRec<1, S, SRC, TARGET> {
    static constexpr state value = move(S, SRC, TARGET);
    static constexpr state final_state = value;

    static std::ostream &print(std::ostream &os, size ndisks) {
        print_state(os, ndisks, value) << std::endl;
        return os;
    }
};

template <state S, tower TOWER>
struct SolverRec<1, S, TOWER, TOWER> {
    static constexpr state value = S;
    static constexpr state final_state = value;

    static std::ostream &print(std::ostream &os, size ndisks) {
        return os;
    }
};

Seules les versions du template pour lesquelles SRC != TARGET affichent un état. Les autres n’ont rien à afficher directement.

Ajoutons également, par commodité, une méthode similaire dans le template Solver (sans le paramètre ndisks, car ici il est toujours égal à DISKS) :

template <size DISKS, state S, tower TARGET>
struct Solver {
    static constexpr tower src = getTower(S, DISKS);
    using start = SolverRec<DISKS, S, src, TARGET>;
    static constexpr state final_state = start::final_state;

    static std::ostream &print(std::ostream &os) {
        print_state(std::cout, DISKS, S) << std::endl; // initial state
        return start::print(os, DISKS);
    }
};

(sourcecommit – tag print)

Cette nouvelle version affiche bien lors de l’exécution les états calculés lors de la compilation.

Cependant, les appels récursifs nécessaires à la résolution du problème ne sont pas supprimés : ils sont nécessaires à l’affichage des résultats. Il est dommage de résoudre le problème à la compilation si c’est pour que l’exécution repasse par chacune des étapes de la résolution pour l’affichage.

Liste chaînée

Pour éviter cela, nous allons générer à la compilation une liste chaînée des étapes qu’il ne restera plus qu’à parcourir à l’exécution. Chaque classe qui affichait un état va désormais stocker un nœud de la liste chainée, implémenté ainsi :

struct ResultNode {
    state value;
    ResultNode *next;
};

Le défi est maintenant d’initialiser les champs next de chacun des nœuds à l’adresse du nœud suivant dans l’ordre de résolution du problème des tours de Hanoï, et non dans l’ordre des appels récursifs, qui est différent. Par exemple, l’état (value) associé à une instance du template SolverRec non spécialisé (correspondant au cas général) devra succéder à tous les états générés par l’appel récursif rec1, pourtant appelé après.

Pour cela, chaque classe doit être capable d’indiquer à son appelant quel est le premier nœud qu’elle peut atteindre (first) et passer à chaque classe appelée le nœud qui devra suivre son nœud final (AFTER). Ces informations suffisent à déterminer dans tous les cas le nœud suivant d’une classe donnée, ce qui permet de constituer la liste chaînée complète en mémoire :

template <size DISKS, state S, tower SRC, tower TARGET, ResultNode *AFTER>
struct SolverRec {
    static ResultNode node;
    static constexpr tower nextSrc = getTower(S, DISKS - 1);
    static constexpr tower inter = other(SRC, TARGET);
    using rec1 = SolverRec<DISKS - 1, S, nextSrc, inter, &node>;
    static constexpr state value = move(rec1::final_state, SRC, TARGET);
    using rec2 = SolverRec<DISKS - 1, value, inter, TARGET, AFTER>;
    static constexpr state final_state = rec2::final_state;
    static constexpr ResultNode *first = rec1::first;
    static constexpr ResultNode *next = rec2::first;
};

template <size DISKS, state S, tower SRC, tower TARGET, ResultNode *AFTER>
ResultNode SolverRec<DISKS, S, SRC, TARGET, AFTER>::node = { value, next };

template <size DISKS, state S, tower TOWER, ResultNode *AFTER>
struct SolverRec<DISKS, S, TOWER, TOWER, AFTER> {
    static constexpr tower nextSrc = getTower(S, DISKS - 1);
    using rec = SolverRec<DISKS - 1, S, nextSrc, TOWER, AFTER>;
    static constexpr state final_state = rec::final_state;
    static constexpr ResultNode *first = rec::first;
};

template <state S, tower SRC, tower TARGET, ResultNode *AFTER>
struct SolverRec<1, S, SRC, TARGET, AFTER> {
    static ResultNode node;
    static constexpr state value = move(S, SRC, TARGET);
    static constexpr state final_state = value;
    static constexpr ResultNode *first = &node;
    static constexpr ResultNode *next = AFTER;
};

template <state S, tower SRC, tower TARGET, ResultNode *AFTER>
ResultNode SolverRec<1, S, SRC, TARGET, AFTER>::node = { value, next };

template <state S, tower TOWER, ResultNode *AFTER>
struct SolverRec<1, S, TOWER, TOWER, AFTER> {
    static constexpr state value = S;
    static constexpr state final_state = value;
    static constexpr ResultNode *first = AFTER;
};

template <size DISKS, state S, tower TARGET>
struct Solver {
    static ResultNode list;
    static constexpr tower src = getTower(S, DISKS);
    using start = SolverRec<DISKS, S, src, TARGET, nullptr>;
};

template <size DISKS, state S, tower TARGET>
ResultNode Solver<DISKS, S, TARGET>::list = { S, start::first };

La variable static node n’étant pas constexpr (elle doit être adressable à l’exécution pour former la liste chaînée), elle doit être initialisée en dehors de la classe.

Pour parcourir simplement la liste chaînée, rendons ResultNode itérable (j’implémente ici uniquement le strict minimum pour que l’iterator fonctionne) :

struct ResultNode {
    state value;
    ResultNode *next;

    class iterator {
        const ResultNode *current;
    public:
        iterator(const ResultNode *current) : current(current) {};
        iterator &operator++() { current = current->next; return *this; }
        state operator*() { return current->value; }
        bool operator==(const iterator &o) { return current == o.current; }
        bool operator!=(const iterator &o) { return !(*this == o); }
    };

    iterator begin() const { return iterator(this); }
    iterator end() const { return iterator(nullptr); }
};

La liste peut être parcourue ainsi :

using disks = Disks<0, 0, 0, 0, 0>;
using solver = Solver<disks::count, disks::packed, 2>; 
for (state s : solver::list) {
    print_state(std::cout, disks::count, s) << std::endl;
}

(sourcecommit – tag nodes)

En observant le binaire généré, la liste chaînée est directement visible (ici les octets sont en little endian) :

$ objdump -sj .data metahanoi

metahanoi:     file format elf64-x86-64

Contents of section .data:
 6012a0 00000000 00000000 00000000 00000000
 6012b0 00000000 00000000 00136000 00000000    n00: { 00000, &n05 }
 6012c0 ca000000 00000000 f0136000 00000000    n01: { 21111, &n20 }
 6012d0 35000000 00000000 70136000 00000000    n02: { 01222, &n12 }
 6012e0 16000000 00000000 30136000 00000000    n03: { 00211, &n08 }
 6012f0 05000000 00000000 10136000 00000000    n04: { 00012, &n06 }
 601300 02000000 00000000 f0126000 00000000    n05: { 00002, &n04 }
 601310 04000000 00000000 e0126000 00000000    n06: { 00011, &n03 }
 601320 18000000 00000000 40136000 00000000    n07: { 00220, &n09 }
 601330 15000000 00000000 20136000 00000000    n08: { 00210, &n07 }
 601340 1a000000 00000000 d0126000 00000000    n09: { 00222, &n02 }
 601350 24000000 00000000 a0136000 00000000    n10: { 01100, &n15 }
 601360 2e000000 00000000 80136000 00000000    n11: { 01201, &n13 }
 601370 34000000 00000000 60136000 00000000    n12: { 01221, &n11 }
 601380 2d000000 00000000 50136000 00000000    n13: { 01200, &n10 }
 601390 29000000 00000000 b0136000 00000000    n14: { 01112, &n16 }
 6013a0 26000000 00000000 90136000 00000000    n15: { 01102, &n14 }
 6013b0 28000000 00000000 c0126000 00000000    n16: { 01111, &n01 }
 6013c0 d8000000 00000000 60146000 00000000    n17: { 22000, &n27 }
 6013d0 c5000000 00000000 20146000 00000000    n18: { 21022, &n23 }
 6013e0 cc000000 00000000 00146000 00000000    n19: { 21120, &n21 }
 6013f0 c9000000 00000000 e0136000 00000000    n20: { 21110, &n19 }
 601400 ce000000 00000000 d0136000 00000000    n21: { 21122, &n18 }
 601410 be000000 00000000 30146000 00000000    n22: { 21001, &n24 }
 601420 c4000000 00000000 10146000 00000000    n23: { 21021, &n22 }
 601430 bd000000 00000000 c0136000 00000000    n24: { 21000, &n17 }
 601440 ee000000 00000000 90146000 00000000    n25: { 22211, &n30 }
 601450 dd000000 00000000 70146000 00000000    n26: { 22012, &n28 }
 601460 da000000 00000000 50146000 00000000    n27: { 22002, &n26 }
 601470 dc000000 00000000 40146000 00000000    n28: { 22011, &n25 }
 601480 f0000000 00000000 a0146000 00000000    n29: { 22220, &n31 }
 601490 ed000000 00000000 80146000 00000000    n30: { 22210, &n29 }
 6014a0 f2000000 00000000 00000000 00000000    n31: { 22222, nullptr }

La colonne de gauche correspond aux adresses des données. Les 4 colonnes suivantes contiennent des blocs de 4 octets, les deux premiers de chaque ligne représentant le champ value et les deux suivants le champ next de ResultNode, que j’ai réécrits de manière plus lisible à droite.

Possible ?

Cette représentation interpelle : pourquoi ne pas stocker plus simplement les différents états dans l’ordre, plutôt que d’utiliser des indirections pour former une liste chaînée ?

Malheureusement, je n’ai pas trouvé de solution pour stocker les états ordonnés dans un seul tableau d’entiers dès la compilation.

Si quelqu’un y parvient, ça m’intéresse !

Commentaires

Poster un commentaire

Nom : (requis)
E-mail : (optionnel, non publié)
Site web : (optionnel)
Quelle est la 3e lettre du mot blog ? (antispam)

Les commentaires sont formatés en markdown.